Un éventail de réalités

Un éventail de réalités

Dominique Hudon
Content Creator | OVA
Facebook Twitter Linkedin

Le XR, le VR, le AR et le MR démystifiés

Les technologies immersives ne cessent d’abattre les barrières séparant le virtuel du réel, nous donnant la chance de vivre des expériences qui n’auraient jamais été possibles il y a quelques années.

Encore mieux : ces technologies s’établissent de plus en plus rapidement dans les secteurs commerciaux et industriels, révolutionnant notre façon de faire les choses. Les entreprises explorent diverses manières de mettre à profit ces nouvelles réalités afin de régler des problèmes, soutenir de nouvelles initiatives, améliorer leurs opérations quotidiennes, perfectionner leur main-d'œuvre et, dans l’ensemble, évoluer vers une meilleure version d’elles-mêmes.

Or, ce développement plus que rapide peut sembler déconcertant. Malgré le fait que les termes liés à l’informatique spatiale  — c'est-à-dire les réalités étendue, virtuelle, augmentée et mixte — soient souvent utilisés de façon interchangeable et se rejoignent sur certains points, ce sont leurs différences qui font leur force. Chacune de ces technologies comporte des caractéristiques, des limitations et des avantages distincts qui, lorsqu’appliqués au bon contexte, détiennent le pouvoir de complètement changer la donne. 🌠

. . .


Réalité étendue (XR)

La réalité étendue, ou XR, est un terme parapluie rassemblant l’intégralité des technologies immersives. Le «X» de l’acronyme est une variable mobile pouvant être remplacée par n’importe quelle autre lettre; quant au terme «étendue», il suggère que les technologies spatiales étendent les limites de la réalité, soit en combinant le virtuel au réel ou encore en créant de toutes pièces une nouvelle réalité. Le terme XR englobe donc toutes les technologies combinant un certain degré d’immersion à du contenu généré par ordinateur, et à des interactions entre l’humain et la machine.

Bien sûr, les industries du jeu vidéo et du divertissement ont été les premières à adopter globalement ces technologies; mais à présent, de nombreux autres secteurs en récoltent les fruits, tels que l’éducation, l’ingénierie, la sûreté et sécurité, la défense, la santé, le sport, le design, et bien plus.



Réalité virtuelle (VR)

La réalité virtuelle, ou VR, est la plus connue des technologies d’informatique spatiale. Une expérience en VR se déroule dans un monde 100% digital; elle comporte une vue à 360 degrés et on peut s’y promener, observer des occurrences et manipuler des objets, le tout étant entièrement généré par ordinateur. Ce type d’expérience dupe notre cerveau en lui donnant l’impression qu’il est physiquement présent dans un tout nouvel univers, ce qui permet la création de simulations des plus réalistes.


Réunion, collaboration, éducation, visualisation, formation — aussi malléable que les limites de votre imagination, la réalité virtuelle peut pratiquement… tout faire.

On peut par exemple l’utiliser pour créer un lieu de rencontre virtuel, amenant la vidéoconférence à un tout autre niveau; tous les avantages du présentiel, mais sans les ennuis du déplacement! Elle peut également répliquer n’importe quel environnement réel pour des visites virtuelles; bien pratique pour les domaines du tourisme, de l’événementiel et de l’immobilier. Le domaine de la santé tire aussi bien profit de la réalité virtuelle, notamment à des fins de thérapie et de réhabilitation; deux excellents cas d’usage seraient notre programme immersif de réduction du stress en collaboration avec Northwell Health et LCI LX, ainsi que notre projet de soutien en santé mentale en collaboration avec l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel. 

En termes d’éducation, le VR peut non seulement enrichir l’apprentissage en le rendant plus engageant, mais il peut également permettre aux étudiants d’obtenir un point de vue qui serait impossible à atteindre autrement. On pense notamment aux étudiants du Case Western qui, en observant  l’anatomie humaine sur une image 3D, obtiennent une vue dégagée sur des organes qui seraient difficiles ou même impossibles à examiner sur un vrai cadavre. Enfin, le VR s’avère tout particulièrement utile pour divers types de formation pratique — surtout celles qui présentent des défis logistiques importants, ou encore qui impliquent des conditions hautement dangereuses. On pense notamment à notre projet d’intégration synthétique en collaboration avec la Marine Royale Canadienne, où l’entraînement virtuel s’avère être une solution de choix pour éviter le gaspillage d’une tonne de ressources, ainsi qu’à notre projet de formation simulée en collaboration avec Hydro Québec, où des scénarios virtuels réalistes permettent aux apprenants d’apprendre comment répondre aux situations dangereuses sans mettre leur vie en péril.



Réalité augmentée (AR)

La réalité augmentée, ou AR, réfère à une interface virtuelle qui se superpose au monde réel. Contrairement au VR, nous ne sommes pas isolés de nos environs; au contraire, ceux-ci sont centraux à l’expérience. Nous interagissons pleinement avec les objets physiques qui nous entourent, tout en bénéficiant de contenu contextuel additionnel (souvent des images, du texte, ou de l’animation) généré par ordinateur, agissant comme complément au réel.


Ces fameuses interfaces superposées peuvent s’avérer utiles dans une myriade de domaines — du marketing à la production industrielle, en passant par… pas mal tout ce qui se trouve entre les deux! Déjà, la possibilité d’engager directement avec des clients et prospects via la réalité augmentée présente un immense potentiel en termes de marketing. On peut aussi penser à des usages courants plus pratico-pratiques, tels que la traduction en temps réel, la navigation, les guides et les instructions par étapes. Un autre cas d’usage (que nous avons d’ailleurs exploré en collaboration avec Desjardins) serait l’identification de matériaux immobiliers à des fins d’assurances, grâce à une interface simple d’utilisation et facile d’accès. 

L’assistance en temps réel est un autre des bénéfices essentiels du AR. On pourrait par exemple obtenir l’aide d’un collègue qui, malgré la distance, se manifesterait physiquement devant nos yeux; comme s’il était réellement là. Une interface augmentée pourrait également nous fournir des informations cruciales au travail que nous sommes en train d’effectuer. Un exemple concret de ce concept serait notre projet de maintenance prédictive en collaboration avec Bombardier, qui permet aux techniciens d’aéronefs de repérer les défectuosités sur de gigantesques pièces de composite en un temps record grâce à un programme envoyant automatiquement les coordonnées à vérifier sur une interface AR flottante.



Réalité mixte (MR)

La réalité mixte, ou MR (aussi appelée réalité hybride), se trouve à mi-chemin entre les deux réalités précédentes. Il s’agit d’un type de réalité augmentée plus interactif, où la réalité et le virtuel s'imbriquent pour créer un tout. En effet, en réalité mixte, l’artificiel et le concret coexistent et font tous deux partie intégrante de l’expérience; les objets digitaux sont ancrés à l’espace physique, et peuvent donc être manipulés en conséquence et s’adapter à ce qui les entoure.


Le MR, par sa similitude au AR, peut partager beaucoup de ses cas d’utilisation - mais, souvent, en y ajoutant un peu de piquant. 🌶️ Une interface d'assistance en usine pourrait par exemple être mise à jour en temps réel, alors que le technicien effectuerait diverses réparations sur une pièce d’équipement.

D’autres cas sont plus spécifiques à ce qui caractérise la réalité mixte. Un prototype virtuel pourrait par exemple être superposé à un modèle réel; les technologies de réalité mixte permettant aux ajouts digitaux de s’imbriquer en souplesse aux objets réels, les potentielles modifications pourraient ainsi être étudiées concrètement, et ce, avant même de dépenser un seul sou en production. Le décor d’une pièce, tant les couleurs et textures que l’arrangement de meubles et d’objets, pourrait être visualisé de façon interactive, tout en s’adaptant à ce qui l’entoure déjà. Dans le même ordre d’idées, un système MR pourrait permettre à des architectes, inspecteurs en bâtiment ou travailleurs de la construction de localiser une structure virtuelle à la bonne échelle, et même de s’y aventurer afin de visualiser le résultat, d’effectuer des observations et de repérer des potentiels problèmes.



Lorsque les réalités s’entremêlent

Malgré leurs différences, il n’est pas impossible de combiner ces technologies à des fins de collaboration. Les réalités augmentée et mixte, tout particulièrement, sont actuellement en pleine expansion; elles permettent de fusionner le réel au virtuel de façon plus harmonieuse que jamais, et pourraient contribuer à pousser la collaboration virtuelle vers des terrains inexplorés.

Déjà, la synchronisation d’un casque de réalité augmentée à un autre montre un grand potentiel — ne serait-ce qu’en permettant à deux personnes qui se trouvent dans des milieux complètement différents de partager une interface et de manipuler le même objet digital, en temps réel.


Les collaborateurs se trouvent dans des contextes complètement différents; ils peuvent chacun tirer de l’information du monde qui les entoure tout en visualisant le même objet, superposé à leur réalité à l’aide du AR.



La combinaison des réalités virtuelle et mixte est également une possibilité alléchante. On pense à un contexte de formation à distance où le formateur manipulerait une pièce d’équipement directement sur place, et où l’apprenant serait transporté sur les lieux en enfilant un casque de réalité virtuelle. Au rythme de la leçon, les manœuvres effectuées par le formateur pourraient être transmises en temps réel sur le Digital Twin observé par l’apprenant, assurant une formation plus vraie que nature… tout cela, à distance!


Les deux collaborateurs semblent physiquement complètement déconnectés, alors qu’en réalité,
ils collaborent de très près dans le même lieu… ou presque.



Il n’est même plus nécessaire que toutes les parties possèdent une pièce d’équipement complexe pour permettre la collaboration. L’avancement technologique, c’est cool comme ça! Prenons un stagiaire devant effectuer des manipulations dans une boîte électrique; en enfilant des lunettes de réalité augmentée, il pourrait non seulement avoir accès à une interface superposée à son équipement, mais carrément voir apparaître son supérieur devant lui… Et ce dernier n’aurait besoin que d’un ordinateur de bureau pour enclencher le processus!

Notons d’ailleurs que StellarX permet déjà aux utilisateurs VR et desktop de collaborer ensemble sans entrave. Alors, à quand la compatibilité absolue? 👀


Un collaborateur apporte de l’aide à son collègue usant de réalité augmentée, mais sans avoir
lui-même besoin de se connecter via de l’équipement complexe.


. . .

 

Donc, en bref : le VR plonge l’utilisateur dans un environnement pleinement digital; le AR superpose le digital à la réalité; et le MR ancre le digital à la réalité, en plus de l’y superposer. Les réalités mixtes sont donc toujours augmentées, mais le contraire n’est pas nécessairement vrai! Quant au XR, il englobe de près ou de loin tout ce qui touche aux technologies d’immersion… celles que nous connaissons, et celles qui sont encore à découvrir. 🔎

Une chose est sûre : chacune d’entre elles possède ses avantages et spécificités, et la découverte constante de nouvelles combinaisons nous soutient dans l’amélioration continuelle de la manière dont nous vivons, travaillons, et collaborons.


Maintenant, connaître la différence entre les différents types d’informatique spatiale est une chose; les appliquer à votre contexte spécifique en est une autre. Vous cherchez peut-être à améliorer vos processus d’intégration? À bonifier la communication au sein de vos équipes? À économiser de l’argent, du temps… ou les deux? Peu importe vos intentions, les technologies immersives détiennent probablement une solution. Demandez-nous simplement une consultation, et il nous fera plaisir de vous guider!





_____________

Demystifying the Virtual Reality Landscape, Intel. URL: https://www.intel.com/content/www/us/en/tech-tips-and-tricks/virtual-reality-vs-augmented-reality.html

Gleb, B. (2020). VR vs AR vs MR: Differences and Real-Life Applications, Ruby Garage. URL: https://rubygarage.org/blog/difference-between-ar-vr-mr

Hooker, J. (2021). xR, AR, VR, MR: What’s the Difference in Reality?, Arm Blueprint. URL: https://www.arm.com/blogs/blueprint/xr-ar-vr-mr-difference

Irvine, K. (2017). A definitive guide to navigating the landscape of Extended Reality, Viget. URL: https://www.viget.com/articles/xr-vr-ar-mr-whats-the-difference/

Marr, B. (2019). What Is Extended Reality Technology? A Simple Explanation For Anyone, Forbes. URL: https://www.forbes.com/sites/bernardmarr/2019/08/12/what-is-extended-reality-technology-a-simple-explanation-for-anyone/?sh=5044e15c7249

Quora, (2018). The Difference Between Virtual Reality, Augmented Reality And Mixed Reality, Forbes. URL: https://www.forbes.com/sites/quora/2018/02/02/the-difference-between-virtual-reality-augmented-reality-and-mixed-reality/?sh=42feea642d07

Shavel, T. (2020). MR is Leaving AR in the Dust: So Say These Mixed Reality Examples, Iflexion Blog. URL: https://www.iflexion.com/blog/mixed-reality-examples

Like the article? Spread the word
Facebook Twitter Linkedin