Le genre et l’IA

Le genre et l’IA

Dominique Hudon
Content Creator | OVA
Facebook Twitter Linkedin

Siri, Alexa, Cortana : ces noms nous sont tous bien familiers. Les assistants virtuels sont maintenant couramment utilisés, et ce, dans une multitude de domaines. La réalité virtuelle et la réalité augmentée n’y font pas exception. Mais quels sont donc les bons et les mauvais coups de ce superbe outil? 



Un appareil Google Home 

Un assistant virtuel est une entité créée pour assister l’utilisateur dans ses interactions avec la technologie. Il est possible de converser avec elle, de lui poser des questions et même de lui demander d’effectuer des tâches, comme on le ferait avec un être humain. Le fait d’interagir avec une entité consciente, capable d’adapter ses réponses au contexte et à l’environnement, est bien plus attirant que de lire de simples instructions, la conversation étant une capacité qui nous vient tout naturellement1. L’assistant virtuel est donc une excellente passerelle entre l’utilisateur et l’interface : non seulement il contribue à rendre l’expérience plus réaliste, mais il permet également d’adoucir la courbe d’apprentissage en offrant un tutoriel facile d’approche. C’est sans compter que le VR est un environnement idéal où l’implémenter, puisqu’on aspire bien souvent à y créer une illusion de monde réel. 

Avec la création d’un assistant virtuel vient, bien souvent, l’assignation d’un genre. Mais cette pratique est-elle vraiment nécessaire? Un assistant genré peut, dans une certaine mesure, rendre l’expérience plus naturelle en la rapprochant du monde réel. Cependant, cela peut aussi faire place à un sérieux problème éthique2. Notons la prévalence d’assistants féminins dans l’industrie; celle-ci s’explique par des stéréotypes de genre archaïques, selon lesquels une entité obéissant à nos moindres ordres serait logiquement une femme3. C’est pour cette raison que les assistants virtuels dont les rôles sont orientés vers le service, tels qu’Alexa ou Siri, sont féminins, alors que ceux utilisés dans des contextes plus sérieux ou autoritaires, tels que les finances ou les assurances, sont masculins4

L’agence créative Virtue a trouvé une solution à ce problème en créant le premier assistant virtuel non-genré, nommé Q5. Ce dernier n’a aucune forme physique, et la fréquence de sa voix a été modulée entre 145 et 175 Hz, marge définie comme étant neutre en termes de genre. Q n’est ni homme, ni femme; il est quelque part entre les deux.


Q, l'assistant non-genré

Pourquoi alors se rabattre sur un assistant genré, au risque d’encourager une tendance problématique? Avec l’expansion notoire des technologies immersives et de l’intelligence artificielle, nous sommes aux portes d’une révolution technologique. Prenons-en avantage, tout en étant inclusif et en cultivant la diversité!

. . .

 

Sur cette note… Baer, votre guide virtuel (non-genré) dans StellarX, vous souhaite une excellente journée! ✨

 

_____________

  1. Marvin, Rob (2017, 19 juin). What are virtual assistants and what can you do with them?. PC Mag. https://www.pcmag.com/article/354371/what-are-virtual-assistants-and-what-can-you-do-with-them
  2. Why are virtual assistants always female? Gender bias in AI must be remedied. The Guardian. https://www.theguardian.com/pwc-partner-zone/2019/mar/26/why-are-virtual-assistants-always-female-gender-bias-in-ai-must-be-remedied
  3. Cawley, Conor (2019, 29 mai). Is Siri sexist? UN report finds gender bias in virtual assistants. Tech.co. https://tech.co/news/siri-sexist-un-gender-bias-virtual-assistants-2019-05
  4. Moore-Colyer, Roland (2019, 12 mars). Q is the ‘world’s first’ genderless voice for virtual assistants. The Inquirer. https://www.theinquirer.net/inquirer/news/3072456/q-is-the-worlds-first-genderless-voice-for-virtual-assistants
  5. Moore-Colyer, Roland (2019, 12 mars). Q is the ‘world’s first’ genderless voice for virtual assistants. The Inquirer. https://www.theinquirer.net/inquirer/news/3072456/q-is-the-worlds-first-genderless-voice-for-virtual-assistants
Like the article? Spread the word
Facebook Twitter Linkedin